Accueil > Valorisation et traitement > Fiches déchets > Déchets dangereux > Résidus de l’incinération des déchets > Quelles solutions pour les sables de fonderie ?

Quelles solutions pour les sables de fonderie ?



Prévention / Réduction

Pour réduire la production de mâchefers et de résidus d’épurations des fumées, il faut réduire l’ensemble de la production de déchets destinée aux installations d’incinération. Il faut favoriser d’autres filières comme le réemploi, le compostage ou le recyclage.

Gestion dans l’entreprise

Les résidus d’épuration des fumées et les mâchefers doivent être stockés séparément.
Les résidus d’épuration des fumées, présents avant évacuation, doivent être stockés sur un bac de rétention étanche et protégés de la pluie et des envols pour limiter les risques de pollution du milieu.
Les mâchefers doivent être refroidis avant leur évacuation.

Collecte

Les résidus d’incinération sont récupérés directement dans des big bags ou en vrac.
Ils doivent être collectés par une entreprise spécialisée.

Traitement

- Mâchefers
Les mâchefers sont soumis à un test de lixiviation pour déterminer leurs caractéristiques physicochimiques et leur degré de pollution et donc définir leur filière d’élimination.
Selon la fraction lixiviable, il existe trois catégories :

  • les mâchefers « V » à faible fraction lixiviable, qui sont valorisables par exemple en techniques routières,
  • les mâchefers « M » pour ceux intermédiaires qui doivent être soumis à maturation afin d’être stabilisés et valorisés,
  • les mâchefers « S » à forte fraction lixiviable qui doivent être éliminés dans une installation de stockage.

Pré-traitement
Plusieurs opérations de pré-traitement peuvent être mises en œuvre, en effet, ces résidus contiennent certains éléments métalliques qui peuvent être retirés pour être valorisés en métallurgie. La matrice minérale peut également disposer de propriétés de liants hydrauliques qui permettent leur utilisation en techniques routières.

De nombreuses plates-formes sont équipées pour :

  • des traitements mécaniques selon un procédé de base (type I : criblage, séparation des métaux ferreux) auquel peuvent s’ajouter des opérations successives : séparation des métaux non ferreux (type II) ; broyage des refus (type IIIa) ; séparation des imbrûlés légers (type IIIb) ; granulométrie élaborée par concassage (type IV).
  • Une maturation sur 3 à 6 mois.
  • Des traitements avec liants hydrauliques ou hydrocarbonés.

Elles permettent de recycler les graves de mâchefers, les métaux et les métaux non ferreux avec un rendement performant (96% en moyenne).

Stockage
Si le mâchefer n’est pas stabilisé, c’est-à-dire que sa perméabilité à l’eau et sa fraction lixiviable n’ont pas été réduites, le déchet est alors non valorisable et considéré comme un déchet ultime. Il est éliminé en centre de stockage de déchets dangereux ou non dangereux selon le cas.

- Résidus d’épurations des fumées
Pré-traitement
La stabilisation-solidification des résidus d’épuration de fumée vise à obtenir des produits très peu nocifs pour l’environnement en répondant à plusieurs critères :

  • améliorer les conditions de manutention et les propriétés physiques,
  • diminuer la surface à travers laquelle se font les transferts de substances dangereuses,
  • limiter la solubilité des constituants,
  • limiter la perméabilité du produit final.

Pour atteindre ces objectifs, il existe aujourd’hui plusieurs techniques :

  • la solidification à base de liants hydrauliques (ciments, chaux…) qui s’accompagne souvent d’une stabilisation qui diminue la mobilité des substances nocives pour l’environnement ;
  • l’encapsulation qui enveloppe le déchet afin qu’il soit imperméable et chimiquement "inerte" vis-à-vis de l’extérieur ; cet enrobage peut se faire dans des matières plastiques (PVC, PET, résines phénoliques…) ou bitumeuses. Ce procédé est encore expérimental à ce jour ;
  • la vitrification à l’aide d’un four à arc. Cette technologie est fortement consommatrice d’énergie et ne s’applique pas à tous les résidus d’épuration des fumées d’ordures ménagères.

Stockage
Après stabilisation, les résidus d’épuration des fumées sont admis en centre de stockage de déchets dangereux.

Transport

Dans le cas où ces déchets sont considérés comme dangereux, un bordereau de suivi des déchets dangereux (BSDD) doit être émis.

PDF - 45.8 ko
BSDD

et

PDF - 49.8 ko
Notice explicative


Les déchets pulvérulents doivent être transportés en camion bâché ou en sacs étanches. Lorsqu’ils sont collecté en vrac sur le site, le transport se fait en citerne ou en container.
Le transporteur doit déclarer sont activité en préfecture s’il dépasse 100 kg de déchets dangereux par chargement ou 500kg de déchets non dangereux par chargement. Selon leur composition et leur quantité, ces déchets sont susceptibles d’être soumis au règlement du transport des marchandises dangereuses ADR.

Partenaires