Accueil > Valorisation et traitement > Fiches déchets > Déchets banals (déchets ménagers et assimilés) > Déchets de métaux ferreux, non ferreux et précieux > Quelle solution pour les métaux ferreux et non ferreux ?

Quelle solution pour les métaux ferreux et non ferreux ?



Prévention / Réduction

Les déchets d’emballages métalliques peuvent être évités lorsqu’une autre solution est envisageable par exemple la livraison en vrac ou les limiter en utilisant des emballages de plus grande contenance.
Il faut limiter les chutes de production par exemple en améliorant la découpe des métaux.
L’utilisation des chutes de production dans le procédé doit être envisagée de manière à ce qu’elles deviennent des produits et non plus des déchets.

Gestion dans l’entreprise

Il faut mettre en place des bennes facilement identifiables réservées aux déchets métalliques pour réaliser le tri.
Il faut protéger les bennes contre des dépôts de déchets indésirables.
Il faut prévoir des conteneurs de dimension adaptée à la taille des déchets et aux conditions d’enlèvement.
Il faut stocker les déchets métalliques souillés sur une zone imperméabilisée permettant de récupérer et de traiter les eaux de ruissellement avant rejet.
Il est possible d’optimiser le recyclage en limitant au maximum le mélange des différents métaux. En plus des intérêts économiques que présente la récupération des métaux, elle permet aussi des économies d’énergie et de matières premières.

Collecte

Les entreprises peuvent faire appel à un prestataire spécialisé pour qu’il collecte ces déchets métalliques.
Ou elles peuvent les confier à :

  • des récupérateurs (ou ferrailleurs) qui effectuent les prétraitements nécessaires à l’introduction des déchets dans les filières de valorisation matière. Ils doivent posséder une autorisation ;
  • des usines qui utilisent les métaux comme matières premières (fonderie, sidérurgie) si aucun prétraitement est nécessaire ;
  • des centres de transit qui regroupent les matériaux pour les revendre ensuite.

La collecte pour les particuliers et les petites entreprises peut se faire grâce à la collecte sélective mis en place par la collectivité notamment pour les déchets d’emballages métalliques ménagers, pour les autres déchets métalliques ils peuvent les déposer dans des recycleries ou déchèteries si elles acceptent ce type de déchets (tôles, matériaux métalliques issus de la démolition, vélo usagé…).

Valorisation

Métaux ferreux
Les fûts, les emballages métalliques et certaines ferrailles (poutrelles, tôles, citernes, réservoirs...) peuvent faire l’objet de réemploi ou de réutilisation.
Les ferrailles, quelle qu’en soit l’origine, peuvent subir plusieurs opérations de traitement : broyage, criblage, lavage, tri magnétique, compactage … pour ensuite être valorisées dans les usines sidérurgiques et les fonderies de fonte et d’acier.

Métaux non ferreux
La récupération des métaux non ferreux est très spécifique, elle fournit des déchets classés en catégories standardisées faisant l’objet de transactions commerciales liées à la teneur en métal et à ses impuretés. Lorsqu’ils sont en mélange avec d’autres déchets, ils sont récupérés par un système de courant de Foucault.
De nouvelles formes de récupération (techniques électrolytiques par exemple) se sont développées notamment pour les métaux contenus dans les boues, les déchets de raffinage et dans les alliages (titane, cobalt, chrome, vanadium, molybdène,...).
Les métaux non ferreux récupérés sont écoulés auprès des producteurs de métaux (raffineurs et affineurs) et des transformateurs (fondeurs et industries chimiques).

En Picardie
La région est dotée de plusieurs usines d’affinage d’aluminium et de deux usines d’affinage du plomb.

Métaux précieux
De nouvelles formes de récupération de métaux rares se développent, deux raisons à cela :

  • leur aspect toxique, même à de très faibles concentrations ;
  • la dépendance de la France vis à vis des producteurs étrangers.
    La récupération des métaux précieux couvre le quart des besoins français. Elle s’effectue dans l’électronique, l’orfèvrerie, la chimie et également auprès des activités et industries liées à l’industrie photographique. Il existe différentes techniques de récupération de ces métaux contenus dans les boues, les déchets de raffinage et les alliages tels que la précipitation, la cémentation, l’électrochimie, l’extraction liquide-liquide. Ces procédés relèvent du traitement des déchets spéciaux.

Des sociétés se sont ainsi spécialisées dans le rachat de vieux films et de bains de fixage pour en extraire de l’argent, d’autres dans la vente d’appareils permettant la récupération de l’argent dans les bains.
Certaines récupèrent les composants électroniques des ordinateurs et du matériel téléphonique déclassé. Après démontage, elles traitent les composants aurifères et les contacts argent-palladium.

Transport

Le transport des métaux se fait sous forme solide.
Le transporteur doit déclarer sont activité en préfecture si la quantité transportée dépasse 500 kg de déchets non dangereux par chargement.

Partenaires