Accueil > Valorisation et traitement > Fiches déchets > Déchets spécifiques > Déchets spécifiques de l’agriculture > Films plastiques agricoles usagés > Quelle solution pour les FPAU ?

Quelle solution pour les FPAU ?



Prévention / Réduction

La production de films plastiques usagés peut être réduite :

  • En réutilisant des bâches d’ensilage pour plusieurs campagnes.
  • En réutilisant les filets et les ficelles pour d’autres usages.
  • Par l’emploi de films biodégradables qui commencent à être commercialisés. Ce procédé consiste à remplacer tout ou une partie de la fraction polymère plastique du film par un polymère naturel biodégradable qui, par l’action des éléments naturels, va faire disparaître le film en plein champ.

Le poids des films plastiques usagés peut aussi être réduit en éliminant le maximum de souillures présent sur les films.

Gestion

Il est utile de suivre quelques conseils techniques.
Le taux d’impuretés doit être le plus faible possible. Dans cet objectif, il faut :

  • utiliser un système d’enlèvement adapté (étendre, secouer et brosser rapidement le plastique). La mécanisation de la récupération des plastiques au champ peut apporter un plus considérable.
  • éviter les mélanges avec d’autres déchets et d’autres plastiques. La différence de souillure entre les films minces (paillage, petits tunnels) et les films épais (ensilage, serre), respectivement de 70 % et 30 % en poids, justifie une collecte séparée. De plus, cela peut faire varier les coûts de transport et de stockage.
  • disposer d’une aire de stockage abritée afin d’éviter une souillure supplémentaire.
  • manipuler, dans la mesure du possible, les plastiques en période sèche. La diminution de la quantité d’eau retenue et du taux d’impuretés abaisse les tonnages à éliminer et facilite les filières de valorisation matière.
  • ne pas mélanger aux FPAU les autres déchets issus de l’exploitation, même s’il s’agit de produits en matières plastiques, leur présence empêchant leur valorisation.

Pour réduire les coûts de transport, il est nécessaire de présenter les films plastiques compactés (paquets, rouleaux…). L’amélioration de la qualité des produits récupérés doit s’accompagner d’une généralisation des aires de stockage adaptées.

Collecte

Les metteurs en marché de films plastiques agricoles ont versé en 2009 une éco contribution de 25 €/tonne de film plastique vendue, afin de participer à la récupération et à la valorisation des films plastiques agricoles usagés. Cette éco contribution finance les interventions des opérateurs locaux (coopératives agricoles, chambres d’agriculture) et d’Adivalor, à qui le Comité des plastiques en agriculture a confié la mise en place progressive d’une filière nationale de récupération et de valorisation des films plastiques agricoles usagés (hors ficelles et filets) sur la période 2009-2013. Ils organisent ainsi des opérations de collecte ponctuelles des films agricoles.

Pour la collecte des films plastiques, il est possible :

  • de participer aux collectes ponctuelles gratuites organisées par la profession (Adivalor, distributeurs, Chambre de l’Agriculture) (voir les dates de collecte sur le site de la Chambre de l’Agriculture de Picardie).
  • de négocier leur reprise avec le fournisseur,
  • de faire appel à un collecteur spécialisé,
  • de les apporter en déchèterie acceptant ce type de déchet (si accord de la collectivité).

Traitement

Valorisation matière
Elle est possible pour les films agricoles homogènes et propres en PE et en PVC. Elle consiste à faire fondre le plastique récupéré, trié et lavé pour le régénérer sous forme de granulés qui s’utiliseront comme des granulés vierges dans la fabrication de sacs poubelles ou de bâches d’ensilage standard. Les ficelles sont également recyclables, elles sont broyées pour obtenir des granulés utilisés pour refaire des ficelles ou des plaques isolantes.
Mais le financement des opérations de recyclage reste difficile. En effet, le produit de la vente du régénéré ne suffit pas à financer les coûts de collecte et de régénération. Cette fragilité de la filière résulte de la combinaison de quatre facteurs principaux : faible prix des matières récupérées, taux de souillure des déchets, faible densité des déchets et dispersion du gisement.

Valorisation énergétique
La plupart des films plastiques ont un fort pouvoir calorifique (Polyéthylène = 46 MJ/kg, PVC = 19 MJ/kg). Il est nécessaire de les brûler dans des installations d’incinération conformes aux normes de pollution atmosphérique et équipées de systèmes de récupération d’énergie.
Paradoxalement, le haut pouvoir calorifique est un handicap en terme de capacité de traitement.
Ces produits ne peuvent être admis techniquement qu’à dose “homéopathique” dans les unités actuelles. Le taux d’impuretés constitue un autre handicap car il augmente le tonnage de mâchefers.

Stockage
Les films plastiques agricoles usagés peuvent être acceptés en centre de stockage de déchets non dangereux sous réserve d’être considérés comme déchets ultimes.

Transport

Le transporteur doit déclarer son activité en préfecture si la quantité transportée dépasse 500kg de déchets non dangereux par chargement.

Partenaires